La lumière de Bergen illumine Elgar et Holst

Cet album rassemble deux des œuvres les plus célèbres et les plus enregistrées du répertoire britannique, les Variations Enigma d’Edward Elgar et les Planètes de Gustav Holst, composées à 15 ans d’écart. Le chef d’orchestre américain Andrew Litton parvient avec la complicité des musiciens de l’orchestre Philhamonique de Bergen, dont il fut le directeur musical entre 2003 et 2015 à redonner de la fraicheur et des couleurs à des partitions un peu trop souvent entendues en salle et trop enregistrées.

Lors de la première des Variations Enigma le 19 juin 1899, dirigée par Hans Richter, l’œuvre connu un succès immédiat et permis à son auteur d’acquérir une reconnaissance internationale. Ces variations comprennent un thème suivi de 14 variations, qui sont autant de miniatures musicales, dédiées aux amis et proches d’Elgar, qui sont représentés musicalement dans ces variations, comme sa femme Alice (I: C.A.E) ou Hew David Steuart-Powell, qui faisait de la musique de chambre avec le compositeur (II: H.D.S.-P.). Le livret accompagnant l’enregistrement explique en détail (et en français) toutes les références introduites par Elgar dans chaque variation. L’interprétation donnée par Litton et les musiciens de Bergen est assez idéale: chaque variation est parfaitement construite, timbrée et sculptée.

Les Planètes de Gustav Holst fut composée entre mars 1914 et 1916. C’est Clifford Bax, le frère du compositeur Arnold Bax, qui a inspiré Holst en discutant avec lui d’astrologie. Pour composer chaque mouvement, Holst s’est librement inspiré des livres de l’astrologue Alan Leo. C’est sans doute l’enregistrement le plus convaincant que j’ai jamais écouté de cette œuvre, grâce aux timbres et à la lumière de l’orchestre de Bergen couplés avec le sens du phrasé et le dynamisme d’Andrew Litton. Une vraie merveille qui permet d’apprécier la musique pour elle-même comme l’a fort justement remarqué l’excellent blogueur Carnets sur sol. Pour finir, je ne peux que conseiller à mes lecteurs d’écouter cet enregistrement, mais aussi les autres albums réalisés par l’orchestre philharmonique de Bergen et Andrew Litton, un grand chef d’orchestre malheureusement méconnu en France.

Publicités

2 réflexions sur “La lumière de Bergen illumine Elgar et Holst

  1. Quel voyage Frédérique! Entre ce magnifique label « BIS » dont je me souviens par exemple (sans compter les années ou j’ai vendu ses disques) qu’il remporta la palme de l’écoute en aveugle à la tribune des critiques de disques à laquelle je participais modestement dans le public et dans le concerto pour violon de Sibelius (Leonidas Kavakos violon, Lahti Symphony Orchestra et Osmo Vänskä directeur). Quelle surprise pour tout le monde tout comme la suite de ton article en citant un certain Clifford BAX frère d’Arnold et enfin Alan Leo lié à la Théosophie.
    Merci pour ce très beau voyage et pas seulement musical Frédérique!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s