Calendrier musical de l’Avent – 11

« Une Nuit sur le Mont Chauve » est un poème symphonique principalement connu dans la version qu’à proposé Nikolaï Rimsky-Korsakov,  mais la version originale de Modest Moussorgski reste peu connue, ce qui est fort dommage car elle est beaucoup plus chatoyante et vivante que la version remaniée, somme toute assez lisse. Ici la musique de Moussorgski brille de mille feux sous la baguette du chef d’orchestre russe Dmitri Kitaïenko, qui dirige ici l’orchestre du Gürzenich de Cologne.

Mais ce qui m’a réellement clouée sur place, c’est l’interprétation de la cantate « Alexandre Nevski » de Prokofiev, que j’ai trouvé assez saisissante. Je conseille vivement d’écouter ce magnifique disque à tout mélomane qui aime réellement la musique russe, et pas la soupe sentimentalo-clinquante qui nous est vendue trop souvent par la critique. Là c’est âpre, c’est heurté, rugueux, sombre, mais ce n’est jamais froid et lisse.  disque-1.jpg

Et je conseille également de lire l’entretien absolument passionnant que ce grand chef russe avait donné au site Resmusica :

DIMITRI KITAENKO, PRIX ICMA 2015 POUR L’ENSEMBLE DE SA CARRIÈRE

Les Chants et danses de la mort de Moussorgski sont également magnifiquement interprétés par le baryton-basse Vadislav Sulimski. Il est juste regrettable que le chef n’ait pas utilisé pour cette oeuvre l’orchestration de Chostakovitch plus belle et beaucoup moins surchargée que celle de Denisov.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s