Calendrier musical de l’Avent – 10

Comment exprimer en musique les souffrances aussi paroxystiques que celles vécues par les Russes au 20e siècle, depuis les révolutions de 1917 jusqu’aux espoirs déçus de la déstalinisation, en passant par les années noires du totalitarisme stalinien ? Un homme a su répondre à ce défi et jeter toutes ses forces psychologiques et musicales pour essayer de témoigner des souffrances qu’il partageait avec des millions de citoyens russes, puis soviétiques. D’un point de vue personnel, j’ai rencontré la musique de Chostakovitch pendant une période très sombre de ma propre existence, où la souffrance était si aigüe que seule cette musique semblait capable d’exprimer ce qui se passait dans ma tête.  Bref, cela allait mal et j’ai depuis un amour particulier pour cette musique, que j’écoute avec plus de distance pour me concentrer sur la beauté de cette musique et la terrible réalité politique qu’elle décrit si bien.

La symphonie n°8 fut composée en 1943, en pleine Seconde Guerre Mondiale, à un moment où, après les  années des purges staliniennes, s’ajouta l’horreur de la guerre suite à l’invasion nazie. Les premiers témoignages discographiques de cette symphonie nous viennent d’Union Soviétique, et bien sûr ils resteront à tout jamais indépassables, tout simplement pour la raison que ce sont des témoignages historiques qui furent créés par des témoins de cette histoire terrible, que ce soit les orchestres de Leningrad et de Moscou, ou des chefs tels que Mravinsky ou Kondrashin.

Alors comment un chef et un orchestre peuvent-ils enregistrer la 8e symphonie au début du 21e siècle pour essayer de transmettre toute la complexité et la douleur contenues dans cette partition, quand ils n’ont pas vécu cette page terrible de l’histoire russe, quand bien même auraient-ils assisté aux dernières décennies du totalitarisme soviétique et grandi en ex-URSS ? Bien sûr aucun enregistrement actuel ne pourra avoir la force des enregistrements du passé, comme je l’ai déjà expliqué. Mais en 2017 il devient encore un peu plus difficile d’exister dans la discographie puisqu’au début des années 2000, Vasily Petrenko a réalisé  une superbe intégrale des symphonies de Chostakovitch, qui l’a propulsé directement dans l’esprit de nombreux critiques, avec notamment un enregistrement impressionnant de la 8e symphonie en 2010. Du coup maintenant l’équation c’est de faire ni Mravinsky/Kondrashin, ni Petrenko. Ah non mince j’avais oublié qu’en 2016 le bostonien Andris Nelsons a également enregistré cette symphonie avec le Boston Symphony Orchestra, enregistrement qui a également reçu de nombreux éloges critiques, tant il faut reconnaître que la puissance de l’orchestre fait son petit effet. Donc il faudrait faire enregistrement ni historique, ni jeunes loups de la direction né dans l’ancienne URSS. Pas facile facile cette histoire. Et d’ailleurs l’enregistrement que je vais présenter a souffert de ces comparaisons aux yeux de certains critiques.

747313903788.jpg

Alors pourquoi écouter ce disque de la 8e symphonie de Chostakovitch par Andrey Boreyko et le Radio-Sinfonieorchester Stuttgart des SWR ? Parce qu’ils nous proposent une vision extrêmement intelligente et nuancée de cette oeuvre, sans chercher à tomber dans les effets faciles, sans chercher à passer en force, ni tomber dans l’emphase mais en portant une grande attention à la structure de l’oeuvre. Personnellement j’ai quand même eu l’impression de redécouvrir cette symphonie, car l’interprétation n’était vraiment pas là où je l’attendais. Certains pourront trouver que cet enregistrement manque de tension, mais je crois qu’en fait la tension est bien là, mais déplacée et concentrée à certains moments clés. Un beau disque est aussi un disque qui permet aux mélomanes de renouveler son écouter d’une oeuvre. Andrey Boreyko n’a pas essayé de proposer une énième version du « bruit et de la fureur » chostakovitchien, mais une vision plus sourde, et non moins terrifiante, de ce témoignage unique de l’histoire du 20e siècle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s